Quelques chiffres


De 6 millions à 66 millions 

Pour le public usager du sous-titrage à destination des sourds et des malentendants. En France, on compte :
  • environ 2 millions de personnes sourdes profondes.
  • entre 4 et 5 millions de personnes malentendantes.

A cela, ajoutons les familles qui, indirectement, sont également utilisatrices du sous-titrage adapté pour les sourds et les malentendants. Mais aussi toutes les personnes soucieuses de partager, sans discrimination, les outils de notre vie sociale, culturelle et citoyenne.

11.02.2005

Pour la loi du 11 février 2005. Dans le souci de rendre la culture audiovisuelle accessible aux sourds et aux malentendants, cette loi impose aux chaînes réalisant plus de 2,5 % d'audience annuelle de sous-titrer l'intégralité de leurs programmes, diffusés en direct ou non, à l'exception de la publicité.

200

Pour le nombre total, en France, de sous-titreurs adaptateurs de programmes pour les sourds et les malentendants. Ceci reste cependant une estimation car les sous-titreurs étant le plus souvent des auteurs indépendants travaillant depuis leur domicile et n'ayant de lien qu'avec leurs commanditaires, leurs coordonnées ne circulent que très peu, ce qui rend le comptage et l'étude plus difficiles.

7

Pour le nombre d'heures de travail nécessaires à la réalisation du sous-titrage adapté d'un programme de 25 minutes. Ceci est un nombre moyen et varie selon la difficulté du programme soumis.

De -20 à -60 %

Pour la baisse des revenus des sous-titreurs depuis 2005. Depuis la loi du 11 février 2005 et l'augmentation du volume de programmes à sous-titrer qui en a découlé, les tarifs de sous-titrage chutent fréquemment. Pour certains, la baisse atteindrait même les 15 à 20 % par an. En 2009, certains sous-titreurs ont vu leurs revenus baisser de 60% depuis 2005.

XXX ?

Pour le nombre de mois nous séparant de la reconnaissance de notre profession et de  la mise en place de mesures garantissant le maintien de la qualité du sous-titrage adapté.