Qui est concerné par le sous-titrage adapté ?

Le sous-titrage à destination du public sourd et malentendant concerne directement plus de 4 millions de personnes en France, en 2009, d'après les chiffres annoncés par le CSA lors de la conférence de presse du 23 novembre 2009 sur « l'accessibilité des programmes audiovisuels aux personnes sourdes ou malentendantes ».

En 2002, d'après l'enquête Handicap Incapacités Dépendance (HID) réalisée par l'INSEE, 5,18 millions de personnes souffrent d'une déficience auditive en France.

Au-delà de ces chiffres, il convient de prendre en compte les personnes vieillissantes qui, dès lors qu'elles savent comment utiliser la fonction « sous-titrage télétexte » sur leur téléviseur et qu'elles sont capables de le lire, deviennent utilisatrices de ce service. L'estimation du nombre d'usagers du sous-titrage adapté dépasse alors les 6 millions de personnes.

D'autre part, ce serait une erreur de ne pas considérer aussi les utilisateurs indirects du sous-titrage à destination des sourds et des malentendants : peu nombreux sont les téléspectateurs sourds ou malentendants qui regardent un programme seuls. Les proches des usagers du sous-titrage deviennent alors des témoins quotidiens du souci de qualité dont sont investies les chaînes et les laboratoires de sous-titrage. Aussi sont-ils totalement concernés par la qualité de celui-ci.

Enfin, lorsque les bus, les gares, aérogares, trains, et autres espaces publics bénéficieront d'écrans télévisés, comme aux Etats-Unis, pour émettre leurs annonces, diffuser le journal télévisé ou les différents programmes afin de faire patienter leurs clients, ceci dans des contextes où les informations ne pourraient être entendues mais seulement lues, nous serons alors tous usagers de cet outil silencieux de communication, et tous alors concernés par l'évolution de sa qualité.

Nous voulons donc parier sur la perspicacité des annonceurs, producteurs, responsables de chaînes, et autres acteurs de l'audiovisuel, qui ne voudront certainement pas passer à côté de cette formidable occasion de toucher le public grâce à un outil encore mal connu et mal utilisé, mais qui ne demande qu'à évoluer avec toujours la même exigence de qualité.